APAMAD expérimente avec les Soins de Suite et de Réadaptation de l’UGECAM du pôle Sud Alsace, un nouveau service totalement gratuit qui permet aux personnes hospitalisées de mieux appréhender le retour à la maison en toute sécurité.

Le groupement hospitalier a été l’un des premiers à faire confiance à APAMAD dans ce projet ambitieux. Bien conscient des difficultés rencontrées par ses patients : précarité, fragilité, méconnaissance des aides, complexité des parcours, il trouve en ce nouveau dispositif une solution d’avenir.

Comment se déroule ce nouvel accompagnement ?

Concrètement, une première rencontre a lieu entre le patient et Michèle ALTER, Infirmière Coordinatrice de la CARD. Dans l’établissement de santé, ils définissent ensemble les besoins liés au retour à domicile. Si le patient le souhaite, Michèle peut immédiatement mettre en place les services nécessaires: : ménage, courses, téléassistance, portage de repas, aménagement du logement, et matériel médical. Son apport ne se limite pas au patient, puisqu’elle propose souvent des solutions de répit à l’aidant familial. Dans certains cas, l’accompagnement social est réalisé simultanément avec l’Assistante Sociale de l’établissement de santé. Une fois rentré chez lui, le patient bénéficie d’un suivi de l’IDEC, pour savoir si tout se passe bien à la maison.

« La Cellule d’Aide au Retour à Domicile est un outil de facilitation et de médiation permettant au patient de retourner dans les meilleures conditions possibles, soit dans son domicile, soit dans un établissement adapté. Il y a une logique d’accompagnement qui a pour effet de raccourcir le temps d’hospitalisation. », explique Claude MOSER, Directeur du Pôle Sud Alsace de l’UGECAM. Depuis, on note clairement une diminution des durées des hospitalisations ou a minima, dans certains cas une stabilisation : « Environ 1 à 2 journées ont été gagnées depuis cette expérimentation, et la CARD est clairement inscrite dans notre parcours de soin. », se réjouit-il.

Bien entendu, chacun est libre de choisir de bénéficier de ce service, comme le souligne très justement Claude MOSER.» Charline KNUCHEL, qui a conceptualisé ce nouveau dispositif, ajoute: « la CARD a pour vocation d’être une interface facilitatrice, elle ne se substitue en aucun cas aux familles ou à la décision du patient »

Quels avantages pour le patient et ses proches ?

Pour le savoir, nous nous sommes rendus au domicile d’Irène, 94 ans, qui a eu la chance de bénéficier de ce service novateur. Jean-Paul, le fils, nous confie :
« C’est une bonne chose, je ne peux pas tout le temps être là, Michèle s’est occupée de tout mettre en place et il y a quelqu’un qui vient le matin, à midi et le soir, c’est très rassurant. Même si je l’appelle tous les jours pour savoir si tout va bien (rires). ».

Au-delà de l’aspect logistique, il y a une dimension humaine très forte avec avec la volonté de soutenir du mieux possible des personnes fragilisées par leur hospitalisation ainsi que leurs aidants. Déjà bénéficiaire des services APAMAD, Irène a pu compter sur Michèle pour réactiver la totalité de ses services en fonction de ses besoins dès son retour à la maison : « Tout était très bien, quand je suis rentrée à la maison j’étais très contente. J’étais un mois à l’hôpital alors quand je suis rentrée, j’ai fait des gâteaux et j’ai fait la cuisine ! (rires) ».

Et pour l’avenir ?

« Aujourd’hui on apporte une réponse pluridisciplinaire. La sécurisation de la sortie d’hospitalisation est un enjeu important et il faut la consolider. Je suis fermement convaincu que la personne qui a la possibilité de rester le plus longtemps chez elle a le plus de chance de profiter pleinement de la vie. », conclut le directeur de l’UGECAM.

Plus d’informations ou prendre rendez-vous au 03 89 32 47 48

Irène et Jean-Paul en compagnie de Michèle ALTER, Infirmière Coordinatrice de la CARD.