Le Service d’Aide et d’Accompagnement à Domicile d’APAMAD assure un nouveau dispositif à destination des personnes atteintes de troubles du spectre autistique. Nous sommes allés à la rencontre de Marion, 19 ans, née avec des troubles du spectre autistique, et Maryline DA SILVA, Aide medico psychologique, qui l’accompagne ce jour-là.

Des jouets à la main, la télé allumée en fond sonore, Marion est, ce matin-là,« calme et sereine » comme nous confie Maryline DA SILVA. Le langage de Marion passe par le regard et les sons, pour communiquer ses intentions. Les parents de la jeune femme ont confié l’intervention à domicile à Maryline DA SILVA, et deux autres aides médico psychologiques et auxiliaires de vie sociale. « Grâce au Projet Personnalisé d’Intervention* (PPI), l’accompagnement se fait en équipe pour permettre une approche individualisée », explique Maryline DA SILVA, « l’objectif est d’identifier les acquis par nos observations complémentaires, et d’évoluer dans le même sens ».

Maryline DA SILVA, Aide Médico-psychologique et Marion

Un accompagnement… et un précieux relais

L’organisation de la journée de Marion est rodée : lorsque ses parents partent au travail, et qu’elle n’est pas en structure ou pendant les vacances, les équipes APAMAD interviennent à domicile une partie de la journée, partageant ainsi le relais avec sa mamie. « Nous sommes en capacité d’intervenir 24h/24 et 7j/7 sous forme de relais pour de nombreuses raisons : lorsque la structure ferme, ou lorsque les parents travaillent, s’occupent de leurs autres enfants, ou sont épuisés » précise Camille LANDWERLIN, responsable de secteur spécialisée dans les troubles du spectre autistique.
Accompagnée cinq heures par jour par les équipes d’APAMAD, ce nombre d’heure a été calculé par la Maison Départementale des Personnes avec Handicap (MDPH). Au-delà d’un centre d’informations, cet établissement, réunis des éducateurs spécialisés et autres travailleurs sociaux, en collaboration avec les parents ou les proches du malade. Ils définissent un document personnalisé figurant le projet de de la personne accompagnée, puis y déterminent la prise charge financière. Ainsi, les parents de Marion n’ont rien à débourser, ces heures sont entièrement financées par la MDPH.

Camille LANDWERLIN, Responsable de Secteur et Adeline LEMAZO, Assistante Administrative

«Nous intervenons aussi bien dans les moments clés du quotidien (lever/coucher, aide à la toilette, au repas), que pour les activités de loisirs à domicile ou à l’extérieur, ou même accompagner la famille pendant ses vacances !» indique Camille LANDWERLIN.
Des moments de répit tout aussi précieux pour retrouver une place dans le monde du travail, notamment dans des familles monoparentales « La maman d’un garçon chez qui j’interviens, a pu reprendre son travail à mi-temps … une si belle victoire pour elle ! » conclut Maryline.

 

Plus d’informations ou prendre rendez-vous au
03 89 28 65 30 – clandwerlin@apa.asso.fr

*PPI : loi 2002-2 obligeant les établissements médicaux sociaux à construire un projet personnalisé pour la personne malade.

LE SAVIEZ-VOUS ?
37% des français pensent, à tort, que l’autisme est une maladie mentale. Hors l’autisme donne simplement lieu à certains comportements jugés différents des normes sociales qui s’expliquent par des particularités sensorielles. (sources : www.vaincrelautisme.org / www.bloghoptoys.fr)